La cavité

photo: asso Bartade

Depuis la Préhistoire, la Baume Bartade a été occupée par l'homme, qui l'a amenagé en bergerie, afin d'y refugier son bétail.
La baume était bien cachée entre les broussailles, dont la Bartade, vocable du patois de Basse-Ardèche, tire certainement son nom.
Sinon, l'Etymologie du nom "Bartade" viendrait de l'occitan "barade", voulant dire "mur d'enceinte", venant lui-même de "barar", le verbe occitan "fermer". En effet, des murs de pierre sèche enserrent l'entrée de la cavité et coupent le début du porche en deux. Mais cela pourrait aussi venir du mot "bartasse"... finalement: on ne sait pas !!



Sa découverte présente un important intérêt scientifique. La grotte de la Bartade montre le reste de la partie hypogée d'une ancienne circulation souterraine, orientée Nord Ouest - Sud Est, appelée rivière souterraine de Saint Remèze et dont la galerie principale a été en grande partie recoupée par l'érosion aérienne. Son parcours, jalonné de vestiges de planchers stalagmitiques, est encore visible jusqu'à l'aven Marzal.
Cette ensemble endokarstique date vraisemblablement de l'époque miocène lors de la mise en place des réseaux hydrographiques du Rhône et de l'Ardèche


photo: M. Leroy / G.A.S.O.i.L.


La première version de la topo des 262 m est levée par Michel Rosa, Michel Masse et Gilbert Platier pour un dénivelé de -22m et un article sur la découverte ont été publié dans le Tubes n° 26 de 2006, édité par le Comité Départemental de Spéléologie de l'Ardèche (CDS07).


Le 29 décembre 2010, une topographie au DistoX est réalisée par Patrick Serret, Michel Rosa, Maxime de Gianpietro. Le développement est de 380 m avec la découverte de 2 nouvelles salles. Cette topographie est disponible au téléchargement grâce à la mise en page de Ludovic Mocochain.



Les dernières 25 m de découvertes de 2 petites salles (Serret/Lucot/Litjens) menant plein sud datent du 7 février 2012.